Où nous en sommes 

Le mardi 3 octobre a eu lieu le vote d’adoption de principe du projet de loi.

Par la suite, les 3, 4 et 5 octobre dernier, la commission de la culture et de l’éducation a débuté l'étude détaillée du projet de loi #144Loi modifiant la Loi sur l’instruction publique et d’autres dispositions législatives concernant principalement la gratuité des services éducatifs et l’obligation de fréquentation scolaire.

Le projet de loi comporte plusieurs articles, dont le 2e, qui nous concerne plus directement.

Au départ, le Ministre de l’éducation Sébastien Proulx a déposé l’amendement suivant :
 

7ddce944-bea8-4138-81f5-411b775ff91b.jpg 
De manière générale, le ministre répondait à une grande partie de nos attentes et demandes. C’est cette proposition qui a servi de base à de nombreuses discussions au cours des heures suivantes.

Les députés de Québec solidaire (Gabriel Nadeau-Dubois), de la Coalition avenir-Québec (Jean-François Roberge) et du Parti Québécois (Alexandre Cloutier) ont tous fait part de leurs préoccupations, surtout en lien avec le respect de la loi 101, le respect du programme d’éducation et la tenue d’examens ministériels.

Roberge, en particulier, est intervenu à plusieurs reprises dans la sphère publique à ce sujet, notamment par le biais d’un article dans Le Devoir 
et avec une vidéo sur sa page Facebook. 

Après de nombreuses discussions, le Ministre a exprimé un 
souci de trouver un compromis avec les partis d’opposion et a proposé la formulation suivante pour l’article 2:
28d157a9-7bbf-4b72-ab25-3cf57ca965ab.jpg
 

Évidemment, de notre point de vue, c'est un recul qui est fort dommage et qui ouvre la porte à l'obligation des parents de suivre le programme et la progression des apprentissages, et à devoir soumettre les enfants à un ou plusieurs examens ministériels.

La séance a été ajournée et reprendra le 17 octobre prochain. Vous trouverez les liens vers le Journal des débats des 3 jours d’étude détaillée en cliquant sur le 
lien ici.

Cela nous laisse un peu de temps pour mettre un maximum de pression sur tous les élus, peu importe leur parti politique ! Il faut se faire entendre de toutes les façons possibles.
 
Les actions à poser!
De nombreuses actions ont été proposées par nos membres et notre communauté.
 

d1245a10-f6a0-4599-8503-e29f75111973.jpg 
Rencontrez votre député! 

L'action la plus importante que vous pouvez faire est de rencontrer votre député. Imprimez cette lettre en 3 exemplaires. Apportez-la à votre rencontre et donnez un exemplaire à votre député et à chacun des attachés ou conseillés qui y sont. 

Pour rendre la situation plus concrète et vivante communiquez les raisons pour lesquelles vous faites l’éducation à domicile. Mentionnez, si vous le souhaitez, pourquoi vous considérez que de suivre le programme et de faire les examens ministériels nuira à votre liberté éducative, à votre enfant, à votre plan d’apprentissage. Vous pouvez, par exemple, citer l’un des articles suivants : 


Les examens «responsables d’une bonne partie du décrochage scolaire» 

Joëlle Tremblay: une prof au front 

La quantité d’évaluations freine l’apprentissage 

50% des adultes peinent à lire 

La réforme finlandaise couronnée de succès
 

Ou encore, citez le Rapport sur l'état les besoins de l’éducation 2014-2016 du Conseil supérieur de l'éducation à la page 19. 

"La logique du tri social associée aux notes et aux diplômes complique donc énormément la question de la justice scolaire. Sans compter que l’action d’évaluer suppose une dimension subjective — voire arbitraire — et que les critères utilisés pour attribuer les notes sont parfois étrangers aux connaissances et au savoir-faire à acquérir et qu’ils servent plutôt à récompenser des attitudes, des comportements ou des habitudes valorisés par l’école.
D’ailleurs, la note, qu’elle soit un chiffre, une couleur ou une lettre, n’est pas en soi une mesure et elle ne fournit que peu d’information: quelle que soit la forme qu’on lui donne, pour qu’une note contribue au processus d’apprentissage, il est nécessaire d’expliquer sur quoi elle se fonde, ce qu’elle apprécie exactement. La note sert surtout à classer: elle est un point de repère commode qui permet des comparaisons faciles et qui peuvent devenir stigmatisantes, mais elle ne dit rien des acquis concrets ou des difficultés particulières d’un élève"


112ae570-79db-4976-8e8c-aa60a5557f0e.png Bien entendu, utilisez un ton poli et courtois dans toutes vos communications avec les élus afin de refléter à quel point nous sommes une communauté unie, intelligente et argumentée. Si vous ne savez pas qui vous représente, vous pouvez trouver en suivant le lien ici 


865713a9-cfd0-42d6-b6dd-59934cacf48e.jpg 
Envoyez une lettre à votre député(e) par courriel.
 
Utilisez ce lien avec la lettre de l'AQED qui vous fournira l'adresse courriel de votre député(e) ainsi que ceux de tous les membres de la commission. Ensuite copiez-collez le texte dans votre logiciel de courriel pour l'envoyer.
 



e6a38f8e-a635-4f5b-8a09-147096184d50.jpg 
Changez votre photo de profil! 
Stéphanye M-g, de l'équipe Stratégie Publicitaire, a dessiné un logo que vous pouvez afficher fièrement sur votre profil facebook. Pour le télécharger, c'est ici.


3664583f-28d6-44fe-a99a-7bc2a419d60b.jpg 
Portez le coeur rouge!
 
Émilie Soumis-Pilon a proposé que nous portions un signe distinctif sur nos vêtements pour signaler notre appui à l'apprentissage en famille.
Pour voir la conversation sur notre groupe Facebook, c'est ici.


92d3359b-9f2e-4f03-be2f-14ae698d45d8.jpg 
Utilisez le # 
Il a également été proposé d’utiliser le mot-clic #Jesoutiensapprentrissageenfamille afin de rassembler toutes nos publications, opinions, partage de photos et autre. 



09c5cb6b-f034-4485-8a06-b7ea82466bd3.png 
Écrivez sur vos blogues, vos sites, vos pages Facebook, etc
 
Plusieurs membres et non membres ont déjà publié des textes d’opinion, témoignages personnels et plaidoyers pour l'éducation à domicile. Faites de même ou partagez les leurs!
Par exemple:
 

Un parcours différent 

Je m'adresse à mes ami(e)s qui ne scolarisent pas leurs enfants à domicile. 

À titre d’ancienne enseignante et de grand-mère d’enfants éduqués à la maison... 

Libre d'apprendre. Libre de suivre ses passions.
 

Ou, sur une note humoristique: 

Quand M. Goberge nous prend pour des poissons 

2c15df43-22ab-4be6-b783-af204e9bfede.jpg 
Assistez à la commission
 
Comme le mentionne Noemi, notre présence en direct peut avoir un impact sur les élus. Donc, le 17 octobre si vous êtes à Québec,entrez par la porte des visiteurs et annoncez que vous venez pour assister à la commission pour le projet de loi 144. L'horaire de la commission est disponible ici.